Ecommercial.fr http://www.ecommercial.fr Blog marketing et webmarketing Fri, 17 May 2019 18:50:50 +0000 fr-FR hourly 1 https://wordpress.org/?v=5.7.1 http://www.ecommercial.fr/wp-content/uploads/2019/05/cropped-icone-32x32.png Ecommercial.fr http://www.ecommercial.fr 32 32 Quelles sont les différentes étapes de l’Inbound Marketing ? http://www.ecommercial.fr/quelles-sont-les-differentes-etapes-de-linbound-marketing/ http://www.ecommercial.fr/quelles-sont-les-differentes-etapes-de-linbound-marketing/#respond Sat, 20 Apr 2019 13:33:12 +0000 http://www.ecommercial.fr/?p=41 L’Inbound Marketing consiste à attirer puis convaincre les clients afin de les convertir. Il se base sur le consommateur et son choix, sans lui forcer la main. Cette technique paraît être très simple. Pourtant, sa mise en place nécessite l’adoption d’une bonne stratégie argumentaire. La réussite de l’Inbound Marketing requiert l’utilisation « d’un tunnel de conversion », afin de mieux fidéliser les clients. Pour cela, vous devez suivre quelques étapes indispensables. Les voici !

Étape n° 1 : Attirer les clients

Pour réussir votre tunnel de conversion, vous devez commencer par acquérir du trafic. C’est la base de toute votre stratégie marketing. Cette étape consiste donc à attirer les clients potentiels à visiter votre site. Pour cela, vous devez recourir au SEO pour optimiser vos pages. Cela constitue l’un des piliers de l’Inbound marketing. Plus votre site ne se trouvepas parmi les meilleurs résultats des moteurs de recherche, plus vous pourrez avoir la garantie d’avoir plus de visiteurs. Vous devez garder en tête que les internautes ne concluent plus une vente ou une réservation qu’avoir accueilli des informations sur les moteurs de recherches et dans les forums. L’utilisation de plusieurs leviers permet d’optimiser votre SEO. Vous ne pouvez pas passer outre le netlinking et le blogging. Le premier consiste à récolter des liens externes de qualité qui réoriente les visiteurs et les algorithmes des moteurs de recherche. Le second se base la publication de plusieurs articles de qualité, qui apportent des valeurs ajoutées à votre site. Vous pouvez également recourir aux pouvoirs des réseaux sociaux pour vous faire connaître. Cela vous permettra de convertir de plus en plus de prospects. Il est en de même pour les campagnes mailing. Cependant, il est primordial que celle-ci soit personnalisée et même individualisée pour éviter le outbound.

Étape n° 2 : Convertir les prospects

Acquérir un niveau de trafic important n’est pas suffisant si vous voulez que votre stratégie marketing Inboud soit efficace. Vous devez ensuite convaincre vos prospects d’acheter vos produits ou de recourir à vos services. L’installation d’un bouton CTA sur votre site incite les prospects à vous contacter ou à découvrir les différentes offres que vous proposez. Vous devez également préparer une « page d’atterrissage » pour accueillir les internautes qui ont cliqué sur le bouton CTA. Les landing pages peuvent être une page formulaire que l’internaute doit remplir. Elles peuvent également être constituées de nouveaux contenus.

Étape n° 3 : Vendre les produits ou les services aux prospects

C’est sans doute la tâche la plus difficile dans le « tunnel Inbound marketing ». Cette étape nécessite également du temps. Le but est d’assister les prospects pendant l’ensemble du processus d’achat sans lui forcer la main en l’envoyant des emails contenant les offres proposées par votre entreprise jusqu’à ce qu’il cède et accepte d’acheter vos produits ou de recourir à vos services.
Pour que les prospects acceptent de leur plein gré d’acheter vos services ou vos produits, il est important de miser une stratégie Inbound marketing adaptée à votre parcours d’achat et conforme à votre domaine d’activité. En effet, les stratégies de vente sont différentes pour une entreprise textile et pour une entreprise automobile. Vous devez recourir à différents types de levier, comme le CRM, le lead scoring, l’emailing ou encore le marketing automation pour l’ensemble du processus.

Étape n° 4 : Fidéliser les prospects

Même si vous avez réussi à convertir vos prospects, le processus d’Inbound Marketing n’est pas encore fini. En effet, le plus important c’est l’engagement et la fidélisation de vos clients pour qu’ils jouent d’ambassadeur à votre place. Cela vous permettra de gagner jusqu’à 10 % de chiffre d’affaires en plus. Cela minimisera également le coût des conversions, qui s’avère être trois fois plus cher que la fidélisation. Cela augmentera également votre notoriété dans votre secteur d’activité. En proposant un parcours client de qualité, celui-ci n’hésitera pas à vous recommander autour de lui.

]]>
http://www.ecommercial.fr/quelles-sont-les-differentes-etapes-de-linbound-marketing/feed/ 0
Ces méthodes de communication utiles et pas chères destinées aux petites entreprises http://www.ecommercial.fr/ces-methodes-de-communication-utiles-et-pas-cheres-destinees-aux-petites-entreprises/ http://www.ecommercial.fr/ces-methodes-de-communication-utiles-et-pas-cheres-destinees-aux-petites-entreprises/#respond Wed, 16 Jan 2019 17:33:14 +0000 http://www.ecommercial.fr/?p=42 En France, une petite et moyenne entreprise ne dépense qu’environ 2 500 euros par an, pour la communication. Pour se développer, cela peut être assez faible. Toutefois, s’il est bien utilisé, il peut permettre d’atteindre les objectifs de l’entreprise. Avant de dépenser ce budget dans ce cas, il est essentiel de connaitre des points essentiels pour assurer l’efficacité de la stratégie de communication.

Cibler les bonnes personnes

Quand on parle de communication dans le monde moderne, on ne peut se passer de l’outil internet. De ce fait, pour cibler les bonnes personnes, une PME doit avoir une vitrine qui lui permette de se faire connaitre par le monde entier : un site internet. C’est l’outil de communication parfait pour permettre de centraliser toutes les origines de vos communications. C’est aussi le meilleur moyen d’approcher rapidement vos cibles, de les prospecter et des les transformer en consommateurs. Un site internet est aussi le meilleur outil pour être en contact avec les clients rapidement, et les fidéliser. Ensuite, vous pouvez aussi développer un micro-site. Ce dernier aura comme objectif de promouvoir un produit ou un service spécifique, ou faire des promotions et présenter votre catalogue de produit. Dans ce micro-site, vous devez faire en sorte que l’appel à l’action soit aisé et qu’il soit possible de rediriger l’internaute vers votre site principal. Un autre moyen qui permet d’assurer le ciblage des clients potentiels c’est de rédiger et de diffuser un livre blanc. Ce dernier vous permet entre autre, de mettre en avant votre expertise sur une gamme de produits donnée afin de permettre aux lecteurs de connaitre un peu mieux le produit ou le service. Cela va aussi les aider à prendre des décisions et à les pousser à l’achat. Ensuite, vous avez le mailing. C’est le meilleur moyen pour cibler vos clients et les mettre au courant de vos nouveautés. Pour la fidélisation, c’est même à travers les e-mails qu’on peut leur envoyer des coupons de réduction, pour les remercier de leur fidélité.

Avoir les bons messages et le bon contenu

Concernant les messages et le contenu de vos outils, si vous avez un blog, vous pourrez y présenter et y rédiger un sujet précis concernant l’environnement de votre activité. C’est un bon moyen pour informer les clients potentiels sur un thème donné ou un produit, et qui vous permettra ensuite, de convertir l’internaute en consommateur. Pour le référencement, rien ne vaut le linking. Cela vous permet d’accroitre votre visibilité en insérant des liens qui redirigent vers votre page web ou un article donné. Dans tous les cas, votre contenu devra être parfait et utile pour le lecteur cible. Autrement, il passera son chemin. Dans la rédaction du contenu, il est aussi question d’utiliser le bon ton. L’objectif est de lui donner des conseils, mais aussi, de le rassurer. Vous devez ainsi, attirer à travers les mots, les prix, mais aussi, les avantages que le produit ou le service peut octroyer. Si vous mettez un peu d’inconvénients, cela permettra au lecteur d’avoir une assurance sur votre sincérité. Cependant, n’oubliez pas de proposer des solutions à chaque point considéré comme inconvénient. Et enfin, permettre aux cibles et clients potentiels d’avoir une meilleure connaissance d’un produit à travers des vidéos et des images peut aussi aider dans la prise de décision. Une vidéo dans ce cas, peut servir de tutoriel, mais aussi, de présentation d’un produit ou de votre organisation. Cela rassurera encore plus la cible.

Travailler la réputation on-line

Sur la toile, il existe plusieurs moyens qui vous permettront de travailler votre réputation. Le premier qui est aussi l’incontournable, c’est Facebook. Avoir un maximum de suiveurs sur vos pages Facebook est un bon moyen pour se construire une bonne réputation. En effet, sur ce réseau social, toutes vos publications vont amener votre communauté à réagir, à donner leurs avis et à partager si elle trouve que c’est intéressant. Plus vous aurez des réactions et des retours, plus vous développerez votre réputation. Ensuite, vous avez Twitter. C’est le meilleur réseau social pour influencer et pour assurer un bon storytelling. Pour attirer l’attention des professionnels, rien ne vaut Linkedin. C’est aussi dans cette plateforme que vous aurez la possibilité de développer votre réseau professionnel et vous faire connaitre dans une activité spécifique. On peut aussi choisir cette plateforme pour communiquer vos besoins que ce soit en main d’œuvre ou en service. Vous y trouverez les meilleurs profils.

]]>
http://www.ecommercial.fr/ces-methodes-de-communication-utiles-et-pas-cheres-destinees-aux-petites-entreprises/feed/ 0
Avantages et inconvénients du référencement par le blog http://www.ecommercial.fr/avantages-et-inconvenients-du-referencement-par-le-blog/ http://www.ecommercial.fr/avantages-et-inconvenients-du-referencement-par-le-blog/#respond Sun, 14 Oct 2018 14:52:09 +0000 http://www.ecommercial.fr/?p=39 Un blog est parfait pour optimiser le flux de visite sur un site web. Cependant, même si cette pratique présente de multiples avantages, elle a aussi ses revers qu’il faut bien analyser.

Inconvénients d’un blog comme moyen de référencement

Pour se préparer et afin de bien analyser la stratégie de référencement d’un site à travers un blog, il est préférable de voir en premier, les inconvénients de cette pratique. Dans un premier temps, vous devez savoir qu’un blog, c’est aussi un site. Il aura dans ce cas, son propre nom de domaine, mais aussi, sera hébergé sur un serveur en ligne. Comme tous les sites, il fera aussi l’objet des analyses de Google et disposera de ses propres outils statistiques. En d’autres termes, il peut faire de l’ombre à votre site principal s’il est plus visité, sur les moteurs de recherche. Par ailleurs, un blog vous prendra énormément de temps. Et cela, bien plus que votre site principal. Cela, étant donné que pour avoir du trafic, il faut mettre à jour fréquemment le contenu du blog. Autrement, il n’y aura pas de visiteurs. Et s’il n’y a pas de visiteurs, vous direz aussi adieu au référencement. Par ailleurs, c’est aussi un site à part entière dont il faudra référencer de manière continue et séparée du site web principal.

Ses avantages

Malgré les inconvénients, lier son site à un blog présente de nombreux points forts. Entre autres, c’est un moyen pour expérimenter et détecter de nouveaux mots-clés. En effet, sur le site principal, il est parfois difficile de trouver ou de placer les mots-clés, alors dans le contenu d’un blog, ce sera plus facile. Un blog est aussi plus facile pour avoir des blacklinks. Vous pouvez facilement acquérir des liens entrants ou sortants sur les blogs afin d’optimiser l’accès à votre article et donc, d’augmenter le flux en vu de mettre en valeur le site principal. C’est aussi un excellent moyen pour augmenter votre réputation et améliorer votre image. Cela, en ayant un contact plus fréquent et plus précis avec les visiteurs de votre site et les consommateurs de vos produits. Enfin, c’est le meilleur moyen d’accéder à toutes sortes d’informations. En effet, en rendant votre blog ouvert, vous pouvez discuter avec vos clients et accéder aux informations qu’ils diffusent comme, leurs appréciations ou leurs critiques sur votre service, votre produit ou l’environnement du marché en général.

]]>
http://www.ecommercial.fr/avantages-et-inconvenients-du-referencement-par-le-blog/feed/ 0
Marketing de l’offre : quels avantages pour les clients ? http://www.ecommercial.fr/marketing-de-loffre-quels-avantages-pour-les-clients/ http://www.ecommercial.fr/marketing-de-loffre-quels-avantages-pour-les-clients/#respond Sun, 22 Jul 2018 15:01:07 +0000 http://www.ecommercial.fr/?p=37 De manière générale, les entreprises cherchent à proposer des articles qui répondent en tout point aux attentes de clients. Avec le marketing de l’offre, ce sont les consommateurs qui sont attirés sur des articles qu’ils devront encore découvrir.

Le client est bien informé dans le marketing de l’offre

Le marketing de l’offre s’appuie sur la pertinence de la communication. La marque doit apporter le maximum d’informations sur le produit. Les avantages du client sont mis en avant, mais pas seulement. C’est aussi une occasion de montrer que l’article est meilleur que ses concurrents. La communication doit mettre l’accent sur la supériorité technique d’un appareil, ou les performances mécaniques d’une voiture. Pour les produits alimentaires, ce sera un meilleur gout et des apports en nutriments qu’il faudra mettre en avant. Au lieu d’être poussé directement à l’achat, le client sera informé sur le produit puis sur les avantages qu’il en tirera. Dans tous les cas, il faudra souligner les particularités de l’offre.

Des preuves concrètes sont apportées

Dans le marketing de l’offre, le produit lui-même est mis en avant. Les avantages du client semblent passer en deuxième plan sans être négligés. D’ailleurs, les communications basées sur ce modèle mercatique apportent des preuves concrètes. Les témoignages accompagnent les fiches techniques et les belles photos. Parfois, le marketing de l’offre s’appuie aussi sur des dégustations et des essais. Ce sont de preuves matérielles avec lesquelles les clients pourront constater à quel point le produit proposé est meilleur. La supériorité porte sur l’esthétique et le côté technique. Dès fois, ce sont les avantages financiers que les marques mettent en évidence. Elles peuvent aussi marquer leur différence par des services annexes. Au final, les clients constateront eux-mêmes que le produit est fait pour eux sans que le vendeur ait eu à le dire.

]]>
http://www.ecommercial.fr/marketing-de-loffre-quels-avantages-pour-les-clients/feed/ 0
Les différentes formes de fidélité du client en marketing http://www.ecommercial.fr/les-differentes-formes-de-fidelite-du-client-en-marketing/ http://www.ecommercial.fr/les-differentes-formes-de-fidelite-du-client-en-marketing/#respond Thu, 17 May 2018 10:49:07 +0000 http://www.ecommercial.fr/?p=38 Perçue comme un facteur indéniable dans la gestion de la relation client, la fidélité du client est aujourd’hui dans les objectifs de presque toutes les entreprises. Elle est aussi au centre de leurs préoccupations. Dans ce cadre, la fidélité du client est souvent en relation avec « une affection à la marque », mais aussi, une étape de choix où le client fera des démarches d’évaluation afin d’optimiser sa décision. Ce choix se fera ainsi de manière consciente ou inconsciente et surtout, causé par une expérience passée avec la marque.

Les différents aspects de la fidélité

La fidélité du client peut se présenter sous diverses formes, à savoir, la fidélité recherchée. C’est l’attitude de fidélité que l’entreprise obtiendra du client. Cela, par le développement d’un programme de marketing spécifique (plan de fidélisation, service après-vente, etc.). Il y a aussi la fidélité induite qui est la forme de fidélité où le client subit par rapport à la marque et causée par l’environnement du marché (environnement monopolistique, zone géographique, etc.). Ensuite, on a la fidélité multiple. Dans ce cadre, l’attitude du client est le partage de ses achats dans diverses entreprises. La fidélité exclusive quant à elle, se traduit ici par une attitude du client qui ne fait l’achat d’un produit spécifique qu’au niveau d’une seule enseigne. Dans un environnement d’achat en ligne, l’inexistence de barrière géographique dans le contexte d’achat sur internet peut optimiser cette forme de fidélité par rapport à un magasin en ligne. Pour ce qui est de la fidélité subie. C’est une situation où le client est fidèle à une marque ou à l’enseigne. Toutefois, cette situation n’est pas l’effet de son attrait, mais qui est favorisée par l’environnement du marché. On a également la fidélité attitudinale. Dans cette forme, le client à un comportement préférentiel réel sur une marque ou une enseigne et qui le pousse à renouveler achat. Ce comportement peut être conscient ou inconscient et résulte d’un comportement positif à l’égard de la marque ou de l’enseigne. Cette fidélité est surtout provoquée par la qualité de l’offre, le tarif, la qualité du service, la qualité relationnelle, l’image de la marque, etc. Enfin, la fidélité comportementale se traduit par les effets de l’habitude et de l’expérience du client. Cette forme de fidélité concerne surtout une enseigne. De ce fait, la fidélité du client peut être favorisée parce que l’enseigne est à proximité ou sur son trajet. Ainsi, la fidélité comportementale n’est pas l’effet d’une préférence, mais surtout le résultat d’une inertie

Les spécificités de la fidélité dans le webmarketing

Le développement technologique (internet, messagerie instantanée, gestion de la relation client, etc.) optimise la fidélité et se présente comme étant une potentielle non évitable de la relation directe entre une entreprise et son client. Et malgré qu’aucune technologie ne soit optimale pour garantir une position de monopole pour une enseigne, les clients perçoivent la technologie comme un vecteur présentant « un bouquet de solution ». Un bouquet de solution qui peut l’amener à expérimenter d’autres marques si l’environnement d’achat (le marché) présente une plus grande ouverture et une plus grande transparence (commerce en ligne, etc.). Il y aura également une expérience si le marché est hypersegmenté (plusieurs choix de produits sur le marché à l’endroit des micro-segments) ou si les écarts de tarifs n’ont pas de justification (surtout au niveau des marques les plus connues, si les offres ne sont pas très innovantes, etc.). Il doit aussi percevoir le besoin de varier les acquis (essai de nouveaux services, produits, besoin de consommation d’une plus grande variété de produits, etc.) ainsi que mle besoin d’être stimulé (recherche de nouveauté, risque, disponibilité, etc.). Enfin, le client devra percevoir une satisfaction saturée (perception que le renouvellement de l’achat ne provoquera pas l’augmentation marginale ni de l’usage ni de la praticité, etc.).

]]>
http://www.ecommercial.fr/les-differentes-formes-de-fidelite-du-client-en-marketing/feed/ 0
Être bien référencé : dans combien de temps ? http://www.ecommercial.fr/etre-bien-reference-dans-combien-de-temps/ http://www.ecommercial.fr/etre-bien-reference-dans-combien-de-temps/#respond Sun, 18 Feb 2018 12:21:06 +0000 http://www.ecommercial.fr/?p=36 Tous les entrepreneurs se sont tous posé sans doute cette question. En effet, ils souhaitent avoir des résultats au moment même où il est en contact avec un agent référenceur. Cependant, il est réellement difficile de dire à quand un site sera bien référencé. Ce n’est pas une question de temps, mais une question de stratégie. « Être bien référencé » signifie faire partie des tops 5 des résultats des moteurs de recherche pour les mots clés prioritaires et dans le top 15 pour les mots clés secondaires. Un bon référenceur répondrait « je ne sais pas » à cette question, car avant tout il faut se baser sur les réactivités des moteurs de recherches et des internautes. Explication !

Selon la nature du site

Les stratégies de référencement dépendent surtout de la nature du site à référencer. Pour savoir si le site est « bien référencé », il faut effectuer une comparaison avec les autres sites qui traitent les mêmes domaines d’activité. Il faut se baser sur la concurrence pour déterminer si la stratégie adoptée est efficace ou non.
Le référencement d’un nouveau site ne sera pas le même que celui d’un site qui a déjà existé pendant longtemps, mais qui est mal référencé. Un site fraîchement développé n’est pas encore indexé chez Google. De ce fait, la base du référencement consistera à faire comprendre au moteur de recherche son existence durant au moins un an après son développement. Les robots du moteur de recherche prennent le temps de visiter les pages du site pour définir l’évolution du site pendant au moins trois mois. Si aucune modification n’est effectuée sur le site durant ce délai, le moteur de recherche arrêtera de visiter le site. Cela aura un impact sur le référencement du site.
Les plus « gros sites » héritent d’une visibilité plus importante. Plus celui-ci contient de pages, plus il est défini par une grande liste de mot clé. Cependant, pour que ces sites puissent être bien référencés, il est important de bien travailler les maillages des pages pour une navigation plus facile à l’intérieur du site. En tout cas, le référencement d’un gros site est très facile et l’on peut obtenir un meilleur résultat au bout de trois à six mois.
En ce qui concerne les sites anciens, avec plus de cinq ans d’existence, il est également difficile de donner une date précise. Les moteurs de recherches ne favorisent pas un site en fonction de son ancienneté, mais selon les critères qui répondent à leur algorithme. Si aucune activité n’a eu lieu sur le site, son référencement demandera plus de temps. Il est important que le site reçoive de nombreuses visites pour retrouver une meilleure position parmi les résultats des moteurs de recherche.

Selon les mots clés

Il y a deux catégories de mots clés en matière de référencement. Les mots clés prioritaires sont souvent composés de deux à trois mots. Ils permettent d’indexer la page d’accueil du site ainsi que les pages qui reçoivent le plus de visite. S’il y a une activité régulière, sur ces pages, le référencement peut prendre entre un à deux ans. Les mots clés secondaires sont souvent constitués de trois à cinq mots. Les experts en référencement les surnomment « mots clés de longue traine ». Ils permettent d’obtenir plus des 80 % des trafics d’un site. De ce fait, il est primordial de les choisir correctement. La durée du référencement dépendra surtout du choix de ces mots clés. Plus ils sont génériques (exemple : « chaussure pour femme »), plus la stratégie de référencement se dirige dans le mur. Cela rallonge donc la durée du référencement. Il sera beaucoup plus classique de référencer le site en choisissant des mots clés plus spécifiques comme « chaussure à talon pour femme ». Le temps de référencement variera surtout de la logique à suivre. Pour un meilleur résultat, il est important de bien comprendre le fonctionnement des mots clés et de leur rôle dans le référencement.

]]>
http://www.ecommercial.fr/etre-bien-reference-dans-combien-de-temps/feed/ 0
Comment devenir webmarketer ? http://www.ecommercial.fr/comment-devenir-webmarketer/ http://www.ecommercial.fr/comment-devenir-webmarketer/#respond Mon, 04 Dec 2017 11:11:05 +0000 http://www.ecommercial.fr/?p=35 Avec l’évolution du Web, plusieurs métiers ont vu le jour notamment le métier de Webmarketer. De quoi s’agit-il et comment le devenir ? Trouvez les réponses dans cet article.

Fiche métier d’un webmarketer

Vous avez déjà surement entendu parler de e-marketing, le webmarketer est un spécialiste dans ce domaine. Il est appelé à travaillé autour de la création et la promotion des sites Web dans le but de développer les ventes sur celui-ci. Il lui appartient de multiplier les visites sur un site web et d’inciter les internautes à acheter un produit ou un service proposé sur ce dernier. C’est un commercial polyvalent qui excelle en marketing stratégique et marketing opérationnel. Pour développer son chiffre d’affaire via son site Internet, une entreprise ou une marque doit se fier à un Webmarketer : c’est un acteur clé de son succès.
Le webmarketer est appelé à réaliser différentes missions notamment :
• Analyser la concurrence
• Analyser les tendances et les comportements des cibles
• Créer et établir la stratégie marketing à appliquer sur le site Web
• Promouvoir le site et les produits et/ou services qu’il propose
• Référencer le site et lui garantir un bon positionnement dans les moteurs de recherche divers. Il doit connaître toutes les techniques de référencement, surtout ceux qui donnent les meilleurs résultats.
• Gestion des campagnes réalisées : e-mailings, bannières, etc.
• Contrôle de l’audience et du trafic sur le site, etc.
Le Webmarketer se doit d’être polyvalent pour mener à bien ses fonctions. En plus de ses fortes aptitudes commerciales et marketing, il doit avoir beaucoup de connaissances du Web et de l’informatique (html, javascript, etc.). Des capacités rédactionnelles sont aussi demandées et une bonne connaissance du CRM ou la gestion de la Relation Clients. Il est vraiment préférable d’avoir une expérience dans le CRM, les recruteurs sont souvent exigeants. Le Webmarketer doit aussi témoigner d’un bon relationnel car il sera toujours en contact avec ses collaborateurs. Il travaille sous les ordres du directeur marketing et collabore de près avec d’autres experts en marketing, des spécialistes en communication ou publicité.

Formations et qualités requises pour devenir webmarketer

Disposer de connaissances en marketing et communication est absolument nécessaire pour travailler dans ce domaine. Les recruteurs veulent des candidats qui ont du potentiel, de vrais débrouillards qui ont une grande capacité d’adaptation et particulièrement réactif. Rigueur, sérieux et dynamisme sont des qualités utiles pour exercer ce métier de Webmarketer.
En ce qui concerne les formations pour devenir Webmarketer : un BTS ou une Licence peuvent vous donner l’accès à ce métier, option informatique ou webmarketing. Un master en commerce, communication ou bien en webmarketing seraient encore mieux. Plus le diplôme est élevé, plus vous avez la chance d’obtenir un poste important. De plus, les possibilités d’évolution seront plus grandes. Quelle évolution pour un webmarketer ? Ce professionnel peut aspirer à des postes plus importants notamment responsable de clientèle ou responsable de service marketing.
De nos jours, un webmarketer touche aux alentours de 2000 euros à ses débuts, voire un peu plus pour les personnes qualifiées et confirmées. Tout dépend de chaque profil mais aussi de la taille de l’entreprise.

Bon à savoir sur ce métier

Le webmaketer est aussi connu sous l’appellation Webmarketteur. Il s’agit d’un professionnel qui maitrise l’univers du marketing et celui de la communication. Comme son nom l’indique, il est surtout spécialisé en promotion des ventes sur le Web. Ainsi, il doit avoir des connaissances poussées en :
• Gestion d’e-mailing
• Gestion de campagnes publicitaires
• Gestion de bannières
• Utilisation et affiliation de mots clés
• Référencement, etc.
Il est possible de dépasser le statut de salarié et travailler en tant que Webmarketer Freelance ou Consultant Webmarketing. Vous pensez avoir les connaissances et compétences nécessaires, pourquoi ne pas tenter votre chance. Vous pouvez rejoindre les plateformes dédiées aux freelances sur Internet pour gagner en visibilité et trouver régulièrement des clients. Si vous réussissez en tant que Freelance, vous pouvez gagner plus qu’un salarié. Vous devez d’abord travailler votre visibilité et construire votre notoriété : chose qui ne se fait pas du jour au lendemain, il faut être patient et persévérer.
Notez que si vous travaillez en tant que freelance, vous ne serez pas payé mensuellement, vous êtes payé à chaque travail réalisé, et ce, suivant les conditions requises par le client. Cela peut passer par diverses étapes :
• Trouver des contrats
• Se mettre d’accord avec le client sur le prix de la prestation
• Réalisation de la prestation
• Livraison, etc.
La facturation peut se faire de différentes manières : au forfait ou en fonction des heures que vous avez dépensées pour réaliser la mission. Proposez des tarifs qui ne sont ni trop élevés ni trop bas. L’essentiel c’est de proposer des prestations avec un excellent rapport qualité-prix. C’est, en effet, ce que recherche la plupart des clients.
Vous voulez vous lancer en tant que Webmarketeur freelance ? Vous devez d’abord trouver le bon statut juridique parmi les ceux-ci : statut d’auto-entrepreneur, EI ou entreprise individuelle ou une autre forme EIRL ou Entreprise Individuelle à responsabilité limitée. Vous pouvez aussi choisir de créer une SASU que l’on connait comme Société par action simplifiée unipersonnelle. L’EURL, définit comme Entreprise Unipersonnelle à Responsabilité Limitée, est aussi particulièrement adaptée à votre situation.
Une autre alternative intéressante : le portage salarial, qui vous offre plus de liberté et de flexibilité. Grâce au potage salarial, vous pouvez profiter de nombreux avantages comme l’assurance chômage et responsabilité civile. Profitez également d’une garantie de salaire comme un salarié classique et d’une retraite également. Mais le portage salarial comporte un coût, souvent trop élevé que beaucoup de Freelances hésitent à y recourir. Le mieux est de comparer toutes les solutions qui s’offrent à vous et de peser les plus et les moins pour trouver la bonne (la plus adaptée à vos besoins en tant que Webmarketer Freelance). N’hésitez pas à vous faire aider dans la création de votre entreprise afin que toutes les conditions et formalités soient bien remplies correctement.

]]>
http://www.ecommercial.fr/comment-devenir-webmarketer/feed/ 0
Les affichages dynamiques, des supports de communication high-techs et pertinents http://www.ecommercial.fr/les-affichages-dynamiques-des-supports-de-communication-high-techs-et-pertinents/ http://www.ecommercial.fr/les-affichages-dynamiques-des-supports-de-communication-high-techs-et-pertinents/#respond Sat, 23 Sep 2017 13:26:02 +0000 http://www.ecommercial.fr/?p=34 Pour investir dans l’affichage dynamique, il est nécessaire d’avoir les matériels adéquats. Il existe plusieurs matériels pour l’affichage dynamique que nous allons citer un à un.

Les totems

Les totems sont des signalétiques ou des enseignes qui servent principalement à diffuser des informations au grand public, mais aussi, d’attirer l’attention des clients potentiels. De ce fait, ils sont en général, en forme de caisson vertical et peuvent être placés sur la devanture d’un espace commercial ou professionnel, mais peuvent également s’installer sur les murs. Par ailleurs, étant dynamique, ils diffusent des messages vidéos dynamiques ou des images statiques. De ce fait, ils peuvent être utilisés dans le cadre d’une information publicitaire, comme des outils de signalisation, et peuvent être lumineux ou non.

Les écrans Stretch

Les écrans Stretch sont des solutions permettant d’afficher ou de diffuser des messages à travers des écrans rectangulaires pouvant avoir différentes dimensions. A cet égard, ce sont des écrans LED ou LCD servant de moniteur pour émettre les messages. Ces appareils sont généralement composés de processeur et disposent de diverses entrées de matériels comme, le clavier, la souris ou encore des USB, etc.

Les écrans et écrans tactiles

Ces types d’écrans sont des formes d’affichage dynamique qui permettent de diffuser des informations sur des écrans suivant la demande d’un utilisateur. Ceci, en appuyant sur un onglet ou un module disponible sur l’écran. De ce fait, l’utilisateur n’aura qu’à toucher l’écran pour accéder à l’information qu’il veut. Ils sont ainsi, conçus de manière très interactive. Et pour les simples écrans, ils sont généralement protégés par des systèmes de vitrage et peuvent être installés dans les lieux publics.

]]>
http://www.ecommercial.fr/les-affichages-dynamiques-des-supports-de-communication-high-techs-et-pertinents/feed/ 0
Qu’est-ce que la communication interne et externe ? http://www.ecommercial.fr/quest-ce-que-la-communication-interne-et-externe/ http://www.ecommercial.fr/quest-ce-que-la-communication-interne-et-externe/#respond Fri, 09 Jun 2017 12:07:01 +0000 http://www.ecommercial.fr/?p=33 Si la communication interne d’une entreprise est entièrement réservée aux salariés, la communication externe, quant à elle, a pour cible les publics externes. Essayons de voir e plus près ces deux catégories de communication pour en savoir davantage.

Définition et stratégies de la communication interne

Organisation ou entreprise se doit de mettre en place une bonne communication interne. Par définition, c’est l’ensemble de tous les moyens de communication utilisés par l’entreprise s’adressant à tous ses employés. Il s’agit d’un secteur clé contribuant à la réussite d’une entreprise. En effet, une entreprise qui réussit ne se concentre pas uniquement sur sa communication externe, elle accorde également une importance particulière à celle qui doit être réalisée en interne : son bon fonctionnement passe par une bonne communication entre les employés. On peut même dire qu’il s’agit d’un levier de la communication externe. De ce fait, elle ne doit pas être négligée même si elle n’a pour cible que les salariés de l’entreprise ou de l’organisation : employés, cadres, etc. La communication interne peut aussi être vue comme un véritable outil managérial, et ce, peu importe la taille de l’organisation ou la société.
Elle peut faire partie intégrante des ressources humaines, on dit d’ailleurs qu’il s’agit d’une valeur ajoutée exceptionnelle pour celles-ci. Elle peut également être rattachée à d’autres branches comme la communication ou la direction générale. Au sein de certaines entreprises, elle peut constituer un service spécifique.
Quelles sont les principales missions de la communication interne ? Voici en quelques lignes les missions principales de cette communication :
• Exposition des résultats
• Diffusion des informations utiles en interne
• Stimulation de la participation de chaque employé, consultant et sous-traitant
• Motivation de chaque collaborateur
• Renforcement de la communication que ce soit descendant, ascendante ou horizontale.
• Création d’une image d’entreprise pour favoriser l’appartenance
• Création d’un environnement de confiance au sein de la société ou de l’organisation
• Valorisation des compétences
• Amélioration des performances de l’entreprise
• Faire comprendre aux salariés qu’ils sont les représentants de l’entreprise
• Rassemblement de tous les acteurs autour d’un projet, etc.
Quelles stratégies pour communication interne ? Une bonne stratégie de communication interne passe par un excellent choix des moyens à utiliser. Quels sont les moyens et outils utilisés ? L’entreprise a recours à différents moyens pour établir une bonne communication interne notamment le journal de l’entreprise, les newsletters en ligne, le site intranet, les affichages, les réunions, les groupes au sein des réseaux sociaux, les évènements au sein de l’entreprise, le team building, les séminaires, les notes écrites, le livret d’accueil, etc.
Une stratégie de communication interne doit faire en sorte de favoriser la relation entre les salariés et les dirigeants de la société. En effet, cela est nécessaire pour favoriser l’écoute entre les deux parties. Il faut savoir que le manque de communication ou une communication qui passe mal n’est pas bon pour la vie de l’entreprise. Il est nécessaire de personnaliser les informations en tenant compte des salariés ciblés.

Définition et stratégies de la communication externe

Par opposition à la communication interne, la communication externe vise plutôt les publics se trouvant à l’extérieur de l’entreprise. Il s’agit donc de l’ensemble des moyens et techniques de communication utilisés par l’entreprise vers des cibles extérieurs. Parmi ces publics extérieurs, on peut par exemple citer les clients et les prospects, les différents fournisseurs, les médias, les investisseurs les plus importants, différents acteurs (politiques, économiques, etc.), citoyen, etc. Cette forme de communication doit être en synergie avec les la communication en interne : c’est essentielle pour la vie de l’entreprise et sa réussite. Comme on a vu plus haut, celle en interne peut constituer un levier pour l’externe. Néanmoins, il faut que la communication interne soit de qualité sachant que toute information sortant de l’entreprise est fournie par les employés et les dirigeants de la société elle-même. Par ailleurs, même s’il doit exister une synergie entre les deux, chacune a ses missions et les moyens pour les réaliser. Tout comme la communication interne, l’externe doit être de qualité car elle reflète l’image de l’entreprise, ainsi que sa notoriété. Le public cible, extérieur à l’entreprise, se basera sur sa communication externe pour juger l’entreprise. Toute entreprise peut donc travailler sa communication externe de manière à ce qu’elle puisse construire une notoriété irréprochable vis-à-vis du grand public. En plus de la création d’une image de marque et la construction d’une notoriété, la communication externe a différentes missions dont :
• Positionnement de la société face à la concurrence
• Mise en valeur des produits ou services proposés par l’entreprise
Quelles sont les stratégies de communication externe ? Elle utilise plusieurs supports pour réussir ses missions parmi ceux-ci, on retrouve le lobbying, publicités, site internet, leaflets, réseaux sociaux, sponsoring, partenariat, relations publiques, mécénat, DVD, Newsletter, les salons, les événements professionnels, les communiqués de presse, etc. Le Web TV est aussi un des outils de prédilection de la communication externe.
Il n’est plus question de se concentrer sur la mise en avant du produit, du service proposé ou de la marque, les stratégies de communication externe mises en place veillent à ce que l’entreprise ou l’organisation puisse aussi se focaliser sur d’autres domaines importants.
La communication externe ne doit pas être confondue avec la communication extérieure : ce sont deux choses différentes. L’extérieure n’est autre que l’affichage de publicité qui peut faire partie de la communication externe.
Vous avez déjà sûrement entendu parler de communication externe digitale sans savoir ce que c’est. Il s’agit tout simplement de ce qu’on appelle communication numérique, qui utilise le Web pour diffuser des informations au grand public sachant que beaucoup de gens ont accès aujourd’hui à Internet. Elle peut utiliser différents canaux d’information notamment les réseaux sociaux (Twitter, Facebook, Instagram, etc.), sites et blogs, applications mobiles, différents objets connectés (PC, smartphone, etc.). La communication digitale est particulièrement importante aujourd’hui, les entreprises investissent du temps et de l’argent pour qu’elle soit réussie : mise en place de nombreuses stratégies.

]]>
http://www.ecommercial.fr/quest-ce-que-la-communication-interne-et-externe/feed/ 0
Comment devenir directeur marketing ? http://www.ecommercial.fr/comment-devenir-directeur-marketing/ http://www.ecommercial.fr/comment-devenir-directeur-marketing/#respond Wed, 15 Mar 2017 07:31:12 +0000 http://www.ecommercial.fr/?p=40 Le métier de directeur marketing est un poste de haut niveau au sein d’une entreprise. Comment parvenir à occuper un tel poste. Les réponses dans cet article.

Description du métier de directeur marketing

Le directeur marketing peut être un homme ou une femme, un fin stratège qui fixe la politique marketing d’une entreprise. Après avoir défini celle-ci, il procède à la mise en œuvre et répartit les tâches entre tous les experts sous ses ordres. Le poste qu’il occupe est vraiment important dans la mesure où il doit superviser le travail de toute une équipe Il doit penser à tout : analyse de la concurrence, mise en place des stratégies de marketing, supervision des salariés placés sous sa direction, veille marketing, gestion du budget, etc. En résumé, il doit s’assurer du management d’équipe, du développement des produits et/ou services ainsi que la commercialisation de ceux-ci. A lui de choisir la bonne stratégie commerciale afin de trouver la meilleure offre pouvant répondre aux besoins de la clientèle. Le poste qu’il occupe est l’un des postes clés du succès d’une entreprise.

Formation, qualités, diplômes, salaire

Quelles formations pour devenir directeur marketing ? Si vous voulez exercer ce métier, il vous faut intégrer une école de commerce, gestion ou de sciences économiques afin d’obtenir un diplôme de Bac +5. Une licence peut aussi vous ouvrir les portes de ce métier mais l’essentiel est de se démarquer des autres avec un diplôme plus élevé. En plus de vos diplômes, vous devez avoir plusieurs qualités : témoigner de beaucoup de rigueur, être méthodique, avoir l’esprit créatif, faire preuve de dynamisme, disposer de grandes capacités commerciales, être un bon leader et savoir rester à l’écoute.
Les recruteurs sont particulièrement exigeants de nos jours, ils recherchent des candidats de valeurs qui ont déjà occupé un poste de chef de produit ou un poste à responsabilité dans le domaine du marketing.
Combien il peut gagner aujourd’hui ? Le salaire d’un directeur marketing est compris entre 2500 ou 3000 euros à ses débuts, voire 4000 euros par mois dans une entreprise de grande taille. Lorsqu’il est confirmé, il peut gagner davantage. L’expérience est donc un atout important lorsqu’on veut gagner davantage en termes de salaire.
Quelle évolution pour le directeur marketing ? Après plusieurs années à occuper le poste, le directeur marketing peut rejoindre la direction générale de l’entreprise où il travaille. D’autres, plus ambitieux, recherchent à exercer en tant que consultant à leur propre compte. Ce qui n’est pas toujours facile mais beaucoup ont réussi.

Devenir consultant en marketing

Devenir indépendant est le rêve de tout salarié, si longtemps vous avez été directeur marketing, il est temps de devenir consultant et travailler pour votre propre compte. Vos revenus peuvent être plus élevés que si vous restiez salarié d’une entreprise de communication. Aujourd’hui, plusieurs établissements proposent des formations pour devenir consultant en marketing. Vous pouvez avant tout vous tourner vers ces formations pour vous perfectionner avant de proposer vos services de consultance. En tant que consultant, vous serez appelé à travailler en toute indépendance mais vous devez cependant savoir communiquer avec vos collaborateurs ou tout autre professionnel avec qui vous échangez. Vous devez disposez de toutes les qualités requises d’un directeur marketing et bien évidemment les diplômes requis pour exercer en tant que consultant : la seule différence réside seulement sur votre statut : vous êtes un travailleur indépendant et lui un salarié.
Comme vous êtes un consultant, vous serez appelé à travailler pour des clients étrangers : la connaissance de langue ou plutôt la maîtrise de quelques langues étrangères est essentielle. Si vous maîtrisez l’anglais, c’est déjà largement suffisant. Autres informations importantes en ce qui concerne la consultance en marketing : vous devez travailler à des horaires particulièrement irréguliers et vous serez toujours en déplacement. Soyez d’abord certain que cela vous convienne bien avant d’exercer en tant que consultant en marketing. Enfin, le métier est fait pour les hommes et les femmes, tant que vous avez les compétences, la disponibilité et qualités nécessaires, c’est tout ce qui compte.

]]>
http://www.ecommercial.fr/comment-devenir-directeur-marketing/feed/ 0